Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

2 minutes

Evenements, expositions, nous aimons...

Réinventer les espaces inoccupés des gares.

Arthothèque, bricothèque ou encore bibliothèque subjective. « Les Ateliers Blancarde » (4e) à Marseille, proposent de démocratiser l’accès à l’art grâce à une approche innovante. Un jardin partagé est aussi en projet sur une des parcelles situées derrière le métro.


Donnez un outil, utilisez-les tous ! Un œuvre d’art chez vous pendant deux mois ! Partager, échanger, mutualiser et même jardiner… C’est ce que propose l’association marseillaise Dos Mares au travers des « Ateliers Blancarde ». Créée à l’origine pour faire la promotion des artistes français et d’Amérique Latine, l’association s’est peu à peu ouverte à l’international, avec comme fil conducteur une question : « quelles solutions proposer aux problématiques que rencontrent les artistes ».

Depuis son programme de résidence internationale pour la recherche et l’expérimentation artistique, menée dans la cité phocéenne et destiné à trouver des réponses, enrichir la pratique artistique et développer le réseau professionnel, Dos Mares a fait du chemin. Elle met désormais en œuvre un ensemble de dispositifs innovants en faveur de l’artiste et du développement de son activité, dont les « Ateliers Blancarde ».

Ce projet entre dans un contexte précis. En 2019, l’association répond à l’appel à projets « 1001 Gares », porté par la SNCF Gares & Connexions. L’ambition : réinventer les espaces inoccupés des gares en y implantant une activité, un service ou une association à vocation locale et ainsi à soutenir le développement économique.

L’un des critères à respecter était de proposer un projet d’innovation sociale. « Pour nous c’était intéressant, car nous avons déjà cette relation avec la mobilité internationale, explique Ronald Reyes-Sevilla, co-fondateur de Dos Mares. Nous avons ainsi proposé un projet qui mettait au centre le rôle de l’artiste dans la société, au travers de prestations de service. Le but est de permettre de développer une dynamique d’échanges et de rencontres, qui manque dans un quartier pourtant ultra-connecté ».

Dos Mares a pris ses quartiers dans un bâtiment vacant de la SNCF, au sein de la gare de la Blancarde, située dans le 4e arrondissement, à deux pas d’un parking, d’une station de métro, de deux lignes de tramway et du train. Pas moins de 10 000 personnes passent par ce pôle d’échange, et autant qui pourront découvrir les « Ateliers Blancarde », à commencer par son artothèque.

L’artothèque, une manière de découvrir l’art autrement

Le concept apparu dans les années 1980 est simple. « Vous pouvez emprunter un ou deux œuvres d’art chez vous, pendant deux mois renouvelables, explique Laurent Le Bourhis, l’autre co-fondateur de Los Mares. C’est une manière de découvrir l’art autrement par rapport à un musée, une galerie ou avec une exposition ».

Actuellement, le fonds est constitué de prêt d’artistes « amis » de la région, des étudiants diplômés de l’école d’art… Les œuvres sont assurées et disposent d’une fiche avec des recommandations d’usage. « Il y a une partie médiation très importante, car la personne qui va emprunter l’œuvre comprend aussi le contexte de création, la démarche artistique. Cet emprunt permet des rencontres, mais aussi des conversations en famille », insiste Ronald Reyes-Sevilla.

Source, Made in Marseille 21/10 2020